En mai dernier, j’ai dit « bye bye boss » et je suis partie sur le pouce avec mon copain jusqu’en Alaska. 10 000 kilomètres sur la route pour réinventer le monde à notre manière, se mettre au défi et apprendre à vivre sur le terrain. C’est en planifiant ce périple de 3 mois que j’ai découvert le monde parallèle de Work Away, le Saint-Graal du voyageur à petit budget, du curieux qui veut être dans l’action, du sacro-saint besoin de se sentir utile et de vivre dans la marge.

graines

Anne Marie, parle-moi de Work Away

Work Away est un site web qui regroupe des projets en devenir à travers le monde, des entrepreneurs, des familles, des gens motivés qui ont besoin d’un coup de pouce pour que les choses se passent. En échange de quelques heures de travail par jour, ils t’offrent de te loger et de te nourrir. Du bon vieux troc. 
(Dans le même genre, voir aussi WWOOF et Help X.)

Jardiner bénévolement

Contrairement au woofing, qui permet essentiellement de travailler sur des fermes, Work Away ouvre tout un monde de possibilités : tu peux apprendre à naviguer avec Jean-Marc qui traverse le Pacifique en catamaran, à construire une mini-maison avec Maïka en Californie, à aider une famille en Argentine avec son projet de vignoble bio.

Les possibilités d’apprendre et de vivre de nouvelles expériences sont in-fi-nies et la formule est simple : tu t’abonnes pour 29 $ US (abonnement de deux ans), tu crées ton profil de champion, tu contactes des hôtes fabuleux et tu capotes ta vie.

Expérience Work Away: bûcheron, tour de magie, cuisine

Le bénévolat c’est cool, check ça

Grâce à Work Away, on a passé trois semaines au Mountain View Cabins à s’improviser cuistot pour des groupes de 60 personnes, à se prendre pour des femmes de ménage, des jardiniers, des bûcherons et j’en passe. Trois semaines à aider Jim et sa femme Kahoru en échange d’une belle cabine et de trois repas par jour. Mais surtout, en échange de choses qui ne se calculent pas, de rencontres avec des gens de partout à travers le monde, de connaissances qu’aucune job de bureau ne pourrait nous donner. J’ai appris à faire un tour de magie (qui fait fureur) par un gars du Tennessee, à gratter « Time of your life » à la guitare par un Allemand, à faire un hacky de mes propres mains par une autre bénévole.

Expérience de bénévolat Work Away

J’ai aussi appris que ce ne sont pas tous les bénévoles qui travaillent aussi fort (ça, c’est frustrant). Que tout le monde est égal, peu importe les études, l’âge ou l’expérience. Que ce sont les efforts et les résultats qui comptent à la fin de la journée, pas les hiérarchies, les départements ou les réunions. Mais, ce que je pense qu’on a surtout apprit mon copain et moi, c’est qu’on peut tout faire. Tout. Faire.

Ce billet est adapté d’un texte d’abord publié sur le blogue de Just Doers