Écologie, environnement, écoresponsabilité… Tous des mots de plus en plus en vogue, particulièrement auprès des voyageurs. Beaucoup se demandent toutefois de quelle façon réduire leur empreinte à l’étranger. Certains gestes simples à intégrer à notre quotidien de globe-trotteurs peuvent faire une très grande différence. De quoi réfléchir si on veut pouvoir continuer à visiter de si beaux pays dans quelques décennies!

Voyager responsable

Ne rien laisser derrière soi

La règle d’or de tout randonneur ou voyageur est de ne rien laisser derrière soi. Tout ce que vous consommez se doit d’être ramassé et jeté dans les lieux appropriés. Lorsque vous vous trouvez en pleine nature, apportez un sac de plastique pour y conserver vos déchets dont vous disposerez de retour à l’hôtel.

Dans plusieurs destinations, la quantité de bouteilles de plastique qui jonchent le sol est suffisante pour vous décourager d’en acheter. Afin de boire en toute sécurité et sans risque de bactéries néfastes, procurez-vous un filtre UV comme le Steripen qui sera très rentable en plus de contribuer à réduire la pollution sur la route. Des ustensiles de métal réutilisables peuvent tout aussi bien vous dépanner en voyage et à la fois éviter d’avoir à utiliser des couverts jetables régulièrement distribués dans les gargotes de rue! C’est bien connu, qu’on soit à la maison ou en voyage, le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas.

Ne pas gaspiller

Combien de fois vous est-il arrivé de rentrer dans votre chambre à l’auberge ou à l’hôtel et de voir que les serviettes et les draps ont été changés alors que vous ne le souhaitiez pas nécessairement? Je laisse souvent l’affichette « Ne pas déranger » pour éviter d’avoir à mettre de l’ordre dans mes bagages, mais aussi pour m’assurer qu’on ne lave pas tout inutilement tous les jours.

Si vous achetez de la nourriture pour emporter en voyage, tentez autant que possible de réduire les contenants jetables et les produits suremballés. Une serviette de papier est souvent suffisante si vous avez l’intention de manger en marchant, par exemple.

Dans les buffets ou les restaurants bon marché, même si la tentation peut être forte d’avoir l’appétit plus grand que la panse, commandez à petites doses afin de ne pas gaspiller ce que vous n’arriverez pas à manger.

Utiliser des produits biologiques/écologiques lorsque possible

Même si vous ne partez pas en camping, testez les produits écoresponsables comme le shampoing ou le savon qui ne sont pas dangereux pour l’environnement (et la peau, par la même occasion). S’ils vous conviennent, vous aurez au moins l’assurance que les conduites percées de vos bungalows africains ne livreront pas vos produits toxiques à la rivière, le cas échéant.

Bien souvent, les produits locaux fonctionnent le mieux, notamment pour le chasse-moustique de la boutique du coin. Certes, vous pouvez transporter votre DEET 50%, mais les habitants connaissent encore mieux les secrets des maringouins indigènes et vous vendront pour quelques dollars des potions naturelles efficaces.

Favorisez les établissements qui recyclent, réduisent leur consommation d’eau et d’électricité ou posent des gestes conscients de l’environnement. Certaines destinations ne l’offrent pas encore, mais renseignez-vous lorsque vous sélectionnez votre hébergement.

Acheter des souvenirs locaux

Nous sommes tous coupables d’avoir acheté des souvenirs faits en Chine d’un petit kiosque de marché d’Amérique Centrale, pensant qu’il avait été fait sur place. Posez les bonnes questions avant d’acheter. Encouragez ceux qui fabriquent devant vos yeux ou visitez des ateliers d’artisans locaux. Ne rapportez rien qui puisse nuire à la faune ou à la flore du pays ou encore des objets qui ont été pillés de sites historiques ou culturels, même si on en voit souvent sur la route. En plus d’être illégal, c’est loin d’être responsable.

Vous ne trouvez rien à votre goût? Les éléments du voyage feront d’aussi bons souvenirs à coller dans votre album ou journal de bord : menus, billets de train, étiquettes d’aéroport, etc. Les meilleurs souvenirs sont ceux qui sont créés et non pas ceux qui accumulent la poussière!

Choisir des activités à conscience sociale et environnementale

Nous aimons tous entrer en contact avec la communauté locale, mais ces activités tournent parfois au cauchemar, comme les spectacles touristiques que nous réservent certaines tribus… Faites affaire avec des agences réputées qui, plutôt que de mettre en scène la vie quotidienne de ces populations, vous y intégreront de façon plus humaine. Dormez chez l’habitant, discutez avec eux, participez à leur vie sans les admirer de loin en bon touriste.

Lorsque possible, privilégiez le transport en commun, le vélo ou la marche plutôt que les moyens de transport polluants et parfois un peu chaotiques. Quand vous mangez ou faites du magasinage, dénichez les adresses locales en parlant aux habitants. Vous aurez une bien meilleure expérience, en plus d’aider l’économie locale à se développer.

Protéger les animaux

De grâce, laissez les pauvres animaux vivre leur vie tranquille dans la nature! Trop de touristes encouragent inconsciemment le trafic et la maltraitance d’animaux en visitant des tigres drogués pour leur bon plaisir photographique, en montant sur les éléphants maltraités pour qu’ils obéissent alors qu’on leur casse pourtant la colonne ou encore en nageant avec les dauphins qui sont laissés en cage plutôt qu’en eaux libres.

Si vous explorez des zones naturelles, restez silencieux, n’approchez pas les animaux et observez-les dans le respect de leur quotidien. Renseignez-vous avant de visiter des parcs animaliers afin de vous assurer qu’ils sont respectueux de la faune. En cas de doute, vaut mieux vous abstenir.

Par exemple, j’ai pu passer une journée avec des éléphants sauvés de la torture au Elephant Nature Park de Chiang Mai en Thaïlande et j’en conserve de bien meilleurs souvenirs que si j’avais fait un tour d’éléphant au centre-ville!

 

De petits gestes réfléchis peuvent contribuer à faire de votre séjour des vacances de rêve sans culpabilité. Vous apporterez quelque chose à la communauté que vous visiterez, pas seulement votre argent. Chaque petit changement fera une différence en fin de compte!

 

Pour plus d’idées sur l’écoresponsabilité en voyage, je vous invite à lire ces deux articles connexes :

 

Bon voyage!

Jennifer Doré Dallas de www.moimessouliers.org