L’agriculture OGM, une expérience à échelle mondiale, sur l’Homme, l’Animal et la Nature. L’agriculture transgénique - plus communément appelée culture OGM - comprend les cultures de soja, de maïs, de coton et de colza génétiquement modifiées qui ont un impact considérable sur notre planète. Le problème avec les semences OGM, c’est qu’elles servent à nourrir le bétail que l’on va ensuite retrouver dans nos supermarchés. Uniquement utilisés à des fins commerciales par leurs créateurs, les semences OGM ont des conséquences désastreuses pour nos paysans, nos terres et notre alimentation.

Pris entre les griffes des multinationales comme Monsanto, les associations, les agriculteurs et les consommateurs essayent aujourd’hui de se défaire de l’emprise des géants de l’agroalimentaire.

Racket d’agriculteurs, pollution des sols, monoculture intensive, perte de souveraineté et augmentation de la faim dans le monde. STOP, la terre n’est pas un laboratoire! Mais comment nous, simples citoyens dépourvus de pouvoir face à ces multinationales, pouvons-nous protéger notre environnement et aspirer à un meilleur avenir?

semences partage

Je vous présente aujourd’hui la solution alternative mise en place par la Docteure Vandana Shiva dans son pays, l’Inde, qui, rappelons-le, doit nourrir plus de 1,4 milliard de citoyens. Le système de banques de semences qu’elle a instauré s’avère être aujourd’hui une solution viable pour nourrir des milliards d’êtres humains et assurer leur souveraineté alimentaire. Je sais, dit comme cela, ça paraît être utopique, mais ne vous y trompez pas, la solution existe VRAIMENT, elle est ACCESSIBLE et DURABLE. À travers l’histoire atypique de cette femme, découvrez le monde de demain.

Portrait d’une militante écologiste indienne

Emblème mondial de la révolution écologique et chef de file du mouvement altermondialiste, Vandana Shiva s’est engagée corps et âme dans un pays où sévit une importante guerre des matières premières. De sa forêt natale indienne à New Delhi, en passant par Paris, Rome ou même Copenhague, la récipiendaire du prix Nobel alternatif de 1993 engage chacun de nous à devenir ce petit rien qui inversera la tendance.

vandana-shiva-et-semences

Monsanto en Inde, une violation des droits de l’Homme

Tout a commencé dans les années 80. L’Inde est un des pays le plus peuplé au monde, Monsanto y voit l’opportunité de s’y faire beaucoup d’argent. Aidé par le lobby de l’agrochimique, le géant américain corrompt la quasi-totalité du gouvernement indien pour y dicter sa loi : autorisation de raser les forêts des communautés locales pour installer d’énormes exploitations industrielles - dont tous les bénéfices reviennent uniquement à Monsanto. Obligation pour les petites exploitations paysannes d’acheter les semences de Monsanto - vous savez, ces semences OGM qui ne sont utilisables pour qu’une seule récolte.

Rapidement, des centaines de communautés voient leur environnement naturel se détériorer et des milliers d’agriculteurs surendettés se suicident - les fermiers devaient chaque année acheter les semences et les pesticides qui vont avec, à Monsanto.

Quelques mois après le début des ravages, la Docteure Shiva décide de consacrer sa vie à la protection de la biodiversité et des petits fermiers (qui sont les vrais protecteurs de la biodiversité) face aux industriels des semences.

Concrètement, comment va-t-elle contrer les industriels des semences?

Elle commence alors à faire le tour des villages de la région du nord de l’Inde, prenant le temps d’expliquer les actions de Monsanto et les risques qui s’en suivent. En cultivant uniquement des semences OGM dans leurs sols, les paysans sont d’abord réduits à n’utiliser que 5 semences différentes (Coton Bt, Aubergines Bt, Maïs Bt, Soja Bt et Colza Bt) qui les poussent à perdre leur richesse culturelle. Prenons un exemple, une semence d’aubergine traditionnelle - non trafiquée - pourra être plantée et replantée des dizaines de fois, année après année, et elle s’adaptera à l’environnement pour pousser. Cette adaptation modifie légèrement le code génétique de la graine et crée donc de nouvelles variétés. Toutes ces variétés différentes sont le fruit d’un travail en harmonie avec la Terre et font partie intégrante du patrimoine de notre planète. Avec ses semences OGM, Monsanto réduit la biodiversité à 5 variétés végétales, au risque de détruire des siècles d’évolution de semences paysannes. Et tout ça pour quoi? Allez, vous savez tous pourquoi, ce n’est plus un secret pour personne aujourd’hui.

Les banques de semences coopératives

Donc, pour préserver la souveraineté des paysans, Vandana Shiva a demandé à chaque agriculteur qu’elle a rencontré de lui fournir quelques graines traditionnelles. Elle a collecté une trentaine de variétés différentes, qui ont ensuite été stockées dans une banque de semences. Dans un deuxième temps, les agriculteurs sont venus se procurer gratuitement d’autres variétés apportées par d’autres agriculteurs de la région. C’est un concept gagnant-gagnant qui permet d’assurer la préservation et le renouvellement des variétés, et d’initier les paysans à des pratiques agroécologiques.

Ainsi, la ferme de Navdanya est devenue une banque de semences modèle, qui a permis la création de 120 banques supplémentaires qui distribuent plus de 600 variétés différentes à plus de 500 000 agriculteurs d’Inde, du Pakistan, du Tibet, du Népal et du Bangladesh.

Et comme c’est un système d’entraide communautaire, l’argent n’intervient pas!

Banque de semences, Navdanya, Inde Banque de semences, Navdanya, Inde. Source : Radio-Canada

Depuis, son organisation réalise ses propres études en s’appuyant notamment sur son réseau de fermiers dont le maillage recouvre toute l’Inde. En 2011, l’organisation Navdanya a étudié 200 fermes biologiques adhérentes et les a comparées aux grandes exploitations pratiquant l’agriculture intensive dans leur voisinage. En moyenne, la productivité était deux à trois fois plus élevée dans les petites fermes, et le gaspillage était quasi inexistant.

Résumons : nous avons donc des banques qui distribuent des semences traditionnelles - meilleure pour la santé et le goût - permettant une agriculture biologique qui respecte notre Terre - pas de pesticides donc pas de pollution des sols - qui ne coûte rien à l’agriculteur - si ce n’est la passion du métier - et qui est capable de nourrir plus de personnes que l’agriculture intensive.

La solution pour une alimentation saine et respectueuse?

Un retour à une agriculture locale, avec une transmission du savoir, des graines et une solidification du lien social entre producteurs et consommateurs.

Pour propulser ce mouvement, il ne tient qu’à toi de choisir la provenance de tes ingrédients en t’abonnant avec un fermier de ton entourage pour des livraisons ou en privilégiant les marchés de ta ville.

Où se procurer des semences au Québec?

Aujourd’hui, au Québec, il existe de nombreux producteurs locaux de semences bio avec une grande variété de choix. Si vous souhaitez vous en procurer, je vous conseille LES JARDINS DE l’ÉCOUMÈNE de Guylaine et Jean-François à Saint-Damien, qui depuis 2001 offrent aux habitants de la Terre des semences potagères biologiques de qualité, tout en assurant la survie de certaines lignées patrimoniales importantes pour le maintient de la biodiversité.

À Montréal, j’ai une forte préférence pour LA BOTTINE AUX HERBES (3370 rue Saint-Denis).

À Québec, LES URBAINCULTEURS sont également une référence.

 

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article, j’espère qu’il vous aura convaincu que la solution alternative est saine, à notre portée et dans l’intérêt de tous! - sauf de Monsanto bien sur ;)