Quand on jardine, on a toujours un choix à faire : acheter des plants déjà poussés et les replanter chez soi, ou faire ses propres semis. Après un minisondage maison auprès de l’équipe élargie de QUINTUS, j’ai réalisé que nous sommes tous amateurs de semis. Pourquoi? Tout simplement parce que nous aimons voir nos plantes pousser à partir d’une graine et égayer notre appartement avec plein de jeunes pousses (avouez que ça donne l’impression que l’été s’en vient!). C’est aussi bon de mentionner que faire ses semis, c’est beaucoup plus économique que d’acheter ses plants : une graine coûte quelques cents et un plant, quelques dollars. Bien sûr, rien ne nous empêchera d’acheter quelques plantes déjà poussées plus tard dans l’année s’il nous manque quoi que ce soit (j’ai bien l’intention de me procurer une jardinière de fraises cette année, miam!).

Or donc, le temps se réchauffe, les journées rallongent (yé!) et il est grand temps de commencer ses semis (j’ai comme un petit feeling que nous allons avoir un printemps hâtif, pas vous?). Si vous n’avez jamais fait de semis auparavant, vous vous posez peut-être les fameuses questions où-quand-comment-pourquoi? Hé bien, je suis là pour y répondre! (en passant, je considère avoir déjà répondu à “pourquoi” dans mon intro, fallait être attentif ;) )

Comment faire pousser ses semis

Où faire ses semis?

L’important pour les semis, c’est d’avoir de la lumière, de la chaleur, et éventuellement un peu de vent pour les habituer à se faire brasser. Vous aurez donc deviné qu’un bord de fenêtre est un endroit tout indiqué pour eux. Si vous avez un placard vide, vous pouvez aussi y installer une étagère, des néons et des plateaux à semis. Ça c’est la méthode “pro”. Mais bon, on peut s’en sortir sans tout cet investissement.

Si on en revient au bord de fenêtre, choisissez celui dans votre maison qui reçoit le meilleur ensoleillement. Mais attention, j’ai déjà vu des combos fenêtre-soleil trop efficaces qui brûlaient les petites plantes. Pour les protéger, vous pouvez leur créer des miniserres. Quel genre de miniserre? Utilisez ce qui traîne dans votre bac de récupération : des bouteilles de boisson gazeuse, les emballages de croissants en plastique rigide (mon choix préféré), etc.

Principe du window farming

Note de pro : La température idéale pour la germination est de 25 degrés et de 22 degrés pour la croissance. D’où l’utilité de miniserres, surtout au début. Par ailleurs, les jeunes plants ont besoin de 14 à 16 heures de lumière par jour. Comme le soleil n’est pas encore présent pendant de si longues périodes, vous pourrez utiliser une lumière d’appoint pour “rallonger le jour” de quelques heures.

Vous croyez ne pas avoir assez de place pour faire pousser quoi que ce soit chez vous? Allez voir notre tableau Pinterest Il faut que ça pousse!, vous serez convaincu que des plantes, on peut en faire pousser partout!

Quand commencer les semis?

Bonne question! La réponse est simple mais ennuyeuse : ça dépend des plantes que vous faites pousser, et de l’endroit où vous habitez. Espace pour la vie propose un calendrier très complet pour la région de Montréal. Craque-Bitume nous en offre un adapté à la ville de Québec. Ils nous indiquent quand commencer les semis, et quand les mettre en terre. Si vous habitez plus au nord, vous voudrez rajouter une à deux semaines à ces dates.

Comment fait-on pousser des semis?

La base de la culture de semis est assez simple : on met les graines en terre (un mélange de compost et de vermiculite/perlite est idéal) et on les recouvre de trois fois leur taille en terre. Ensuite, on s’assure qu’elles ne manquent pas de soleil, et que la terre est toujours humide (sans être détrempée). Au début, je préfère arroser les plantes avec un vaporisateur pour ne pas les blesser avec les grosses gouttes d’eau qui tombent de mon arrosoir.

Dans quel type de contenant faire pousser le tout? À peu près n’importe quoi. Ce peut être un plateau assez profond (on transplantera les plants quand ils auront grandi), ou des petits pots individuels. Vous pouvez faire vous-même des pots à l’aide de papier journal (pas besoin d’utiliser l’outil qu’il propose, une bouteille de bière peut servir de moule) ou utiliser des rouleaux de papier de toilette vides.

Semis de tomate dans un pot en papier journal

En cours de croissance, on pourra faire fonctionner un ventilateur près des plantes une heure ou deux par jour pour les obliger à renforcer leur tige. Allez-y graduellement, elles seront assez molles au début!

Quelque temps avant de planter les semis en terre pour de bon, il faut les acclimater à l’environnement extérieur. C’est ce que j’appelle “faire prendre une marche” à mes plantes. Là encore, on ira de façon graduelle : au début, on peut les sortir dehors à l’ombre 30 minutes par jour, puis une heure, puis 30 minutes au soleil, puis une heure… À la fin de ce processus, vos semis seront fins prêts à affronter l’été!

Ressources supplémentaires

Quand je veux faire pousser des plantes potagères, je me réfère toujours à ma bible : La culture écologique des plantes légumières par Yves Gagnon. Ce livre explique tout ce qu’il y a à savoir sur les besoins de chaque plante et les façons de les engraisser et d’éviter les insectes et les maladies, sans produits chimiques.

Si vous voulez pousser l’expérience plus loin (et que vous avez un grand terrain), Le jardinier-maraîcher de Jean-Martin Fortier vous expliquera comment faire de l’agriculture biologique efficace dans le but de produire tous ses légumes et même d’en vendre.

Si vous habitez Montréal, notez à votre agenda la prochaine distribution de compost (gratuit!) qui aura lieu les 7 et 8 mai prochains au Complexe environnemental de Saint-Michel.

 

Ça vous a donné le goût? Pour ma part, il a suffi que j'écrive cet article pour doubler la quantité de plantes que je veux faire pousser. Dire que j'avais promis à mon chum que je ne mettrais que des tomates, des pois grimpants et des capucines sur notre balcon cet été!